Culture et Identité Moaga

3
817

“Si dans un village étranger tu trouves des gens marchant la tête en bas, marche la tête en bas.”
Proverbe burkinabè ; Les proverbes et adages du Burkina Faso (1999)

Ainsi pour dire que chaque société est régie par des règles et traditions qui doivent être respectées quand on aimerait vivre en parfaite harmonie avec eux.
Le Burkina Faso est un pays d’Afrique de l’Ouest qui couvre une superficie d’environ 274.000 km2. Il compte une population de plus 19millions de personnes.
C’est un pays multiethnique avec plus de 60 ethnies distinctes. Les Mossi sont les plus nombreux et représentent environ 50.2% de la population. Les autres groupes ethniques sont composés par les Gourounsi, les Sénoufo, les Lobi, les Bobo, les Peuhls, les Bissas…
Dans cette nouvelle rubrique Cult’ide, je me propose de vous faire découvrir la diversité culturelle de mon beau pays, à apprendre des choses sur la culture de l’autre, et surtout, à apprécier leurs tenues traditionnelles.
Et comme la charité bien ordonnée commence par soit même, je vous invite, pour cette première, à découvrir les Mossi du Burkina Faso ! Vous pourrez toutefois laisser en commentaire votre ethnie, pour me faciliter le choix du sujet de mon prochain cult’ide !

Histoire

Les Mossi (ou Mossé au pluriel et Moaga au singulier) sont un peuple établi au centre du Burkina Faso dans les villages des bassins des rivières Nazinon et Nakambé..Ils occupent également le plus grand espace du pays : la région centrale du Burkina est appelée d’ailleurs le Plateau Mossi.
Ils seraient nés de l’union entre Yenenga, une princesse dagomba (ethnie toujours présente dans le nord du Ghana) et Rialé, un chasseur d’ethnie mandé. Alors qu’elle explorait son royaume à cheval, et perdit son chemin, elle fut aidée par Rialé. Ils donnent naissance à leur fils Ouedraogo considéré comme le premier des Mossi (le nom de famille Ouédraogo est très commun au Faso).

La langue commune des Mossi est le Mooré bien que comme dans toutes les autres communautés du pays il existe des variantes en fonction des terroirs : le dialecte du Yatenga (Ouahigouya), un dialecte du nord (Kaya), un du dialecte de l’est (Koupéla) , un dialecte du Centre-est dans la zone de Tenkodogo.
Vous les reconnaitrez la plupart du temps par des noms de famille tels que Ouedraogo, Sawadogo, Kaboré, Yameogo, Tapsoba, Belem…

Parenté à plaisanterie


La parenté à plaisanterie est une pratique sociale typiquement d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale qui autorise certaines ethnies ou des habitants de la même région, territoires et provinces à se moquer ou s’insulter, et ce sans conséquence.
Bien plus qu’un simple jeu, la parenté à plaisanterie ou le « Rakiré » chez les Mossi est sans doute un moyen de désamorcer les tensions entre ethnies voisines ou entre clans familiaux.
Ainsi, les Samo sont les Rakirés des mossi. Cela étonnera une personne moins avisée qu’un mossi traite un Samo de “buveur de zoom kom” et que ces derniers répliquent par des injures ou des taquineries, c’est normal !
Je suis Moaga, Yadega plus précisément (je ne vais pas vous embrouiller😅), ma maman est samo (il y’a une parenté à plaisanterie entre nous). Je profite parfois de ce rakiré pour faire des choses qui vaudraient bien d’être chicottée, en temps normal😂😂😂😂😂😂. Mais c’est là toute la beauté du rakiré 😂😂😂😂😂😂, de passage maman si tu me lis, bisou hein 😘

La tenue traditionnelle


Le Burkina Faso compte parmi les grands pays producteurs de coton. Le Faso danfani est tissé à partir de ce coton non génétiquement modifié par les braves hommes et femmes du pays.
Le terme «Faso dan fani» signifie littéralement en dioula «le pagne tissé de la patrie» (fani: pagne, dan: tissé; faso: patrie). Comme beaucoup de peuples d’Afrique de l’Ouest, les Burkinabé connaissent bien l’art du tissage. La plupart des ethnies du Faso l’utilisent comme tenue traditionnelle, (j’ai dit la plupart, pas tous, un coucou aux peuls😉). On reconnait le pagne tissé de chaque ethnie dans la manière de tisser, la couleur de la teinture utilisée, etc. Nous l’accompagnons généralement d’un tissu appelé le Lwili pendé qui est habituellement de couleur noir rouge. Quel est l’origine de ce tissu ? C’est un sujet à débat. En attendant, on l’utilise pian avec nos tenues en plus de quelques accessoires (cauris, colliers en perles, etc.).
Dans mon cas j’ai décidé de me maquiller, certains diront que ce n’est pas traditionnel, mais mon traditionnel ici est modernisé. Voilà ! 😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂


J’espère que vous avez pris plaisir à découvrir mon ethnie ; désolée pour ceux qui resteront sur leur faim, c’est un sujet très vaste. Si je dis tout ici nous n’allez plus lire 😂😂😂😂
Vous pouvez toutefois laisser vos apports en commentaire pour permettre aux autres d’apprendre de nouvelles choses.
Rendez-vous le mois prochain pour un autre article Cult’ide

Article précédentÊtre chic avec un petit budget !
Aïcha Belem est une jeune étudiante en master ingénierie financière , passionnée de tic , culture , mode , beauté et création. Elle porte la couronne Mys'tic Blog Award 2017 et est participante de la cohorte 11 de Young African Leaders Initiative ( YALI DAKAR ) Afin de regrouper ses passions jusque là nombreuses , l'idée lui est venue de créer son monde qui est est ce blog . L'objectif est de permettre à ceux qui ont les mêmes centres d'intérêts de se retrouver . Merci de lui faire confiance et de découvrir la mode selon elle . Cordialement

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here